Pourquoi un service social au Trauma Centre Cameroun ?

Imprimer

Rosaline Kenne, Service Social, Trauma Centre CamerounL’alternance politique provoque dans certains pays des grands bouleversements sociaux selon la manière par laquelle le pouvoir est pris. L’unique voie légale de prise de pouvoir c’est les  urnes. Certains leaders arrivent par la force et des soulèvements sociaux s’en suivent. Le Cameroun est par excellence une terre d’accueil pour de nombreux demandeurs d’asile de la sous région. Le service social du Trauma Centre apporte sa contribution pour la prise en charge socio économique de ces personnes.

Quels sont les objectifs du Trauma Centre Cameroun ?

L’objectif général est de favoriser  le suivi et l’accompagnement social des victimes de violence et de torture.

Les objectifs spécifiques sont les suivants:

   tenir des séances de counselling et des causeries éducatives,

   améliorer le cadre de vie des victimes,

   améliorer la ration alimentaire des victimes,

   permettre aux victimes de se prendre en charge,

   vérifier les informations reçues au bureau,

   scolariser les victimes ou leurs enfants,

   assurer des liaisons sociales avec les services sociaux publiques.

Que fait le service social du Trauma Centre Cameroun ?

En œuvre depuis 1999, la fonction du service social du TCC est de  venir en aide aux personnes démunies en les rendant apte à discerner leurs ressources propres et celles que le projet ainsi que la société camerounaise met a leur disposition pour résoudre leur problème

Le service social du Trauma Centre a mis sur pied un ensemble de stratégies pour améliorer le vécu quotidien des victimes. Trouver un abri décent est le premier défi auquel se bute tout refugié urbains sans ressource financière. Cette tâche quoique ardue constitue l’un des maillons de la chaîne de réinsertion de la victime.

Au vue de la situation économique des usagers la faim est un mal dont la solution doit se trouver dans la débrouillardise quotidienne. Ne pouvant satisfaire tout l’ensemble des demandes, nous avons limités l’appui nutritionnel aux malades convalescents ou aux femmes qui allaitent. Cet appui est ponctuel.

La formation professionnelle est offerte aux usagers selon leur choix. L’obtention d’un diplôme de formation leur permet d’avoir accès au monde de l’emploi.

Le service social veille sur la scolarité des enfants des victimes. Ces derniers vont régulièrement à l’école.  L’appui que nous donnons concerne les fournitures scolaires pour la grande majorité  et pour certains les frais de scolarité.

L’activité génératrice de revenu est le volet le plus sollicité par les usagers. Elle donne à celui qui l’exerce une progression vers sa prise en charge. La plupart des personnes qui la sollicitent ont une forte expérience dans le domaine.

Toutes ces activités du service social contribuent au bien-être de la victime.

**/