Comprendre le traumatisme psychologique

Imprimer

La prise en charge de la personne traumatisée est l'une des activités indispensables pour l'intégration sociale des cibles de Trauma Centre Cameroun. Mener à bien cette responsabilité nécessite de bien comprendre la démarche professionnelle, mais surtout le comportement de la victime, les causes et les solutions possibles.

Le traumatisme psychique est un choc émotionnel qui survient suite à la confrontation brusque à un évènement horrible, évoquant la mort imminente de la victime, et face auquel ce dernier se sent impuissant. Parmi les nombreux évènements de ce type, on peut citer entre autres les catastrophes naturelles, les catastrophes accidentelles, le viol, l’annonce de maladies chroniques, la guerre. Face à de tels évènements, les réactions les plus fréquentes sont de trois ordres. On  parle souvent des trois  F (Flight, Fight, Freeze) qui évoquent : soit la fuite de la victime, soit sa résistance par un comportement agressif ou défensif, soit la paralysie. Il s’agit de mécanismes commandés par le corps de manière autonome, et visant la préservation de  la vie de la victime. Seulement, ces réactions, utiles pendant le moment où se déroule l’évènement traumatique, peuvent être à nouveau commandés par l’organisme bien après la survenue de l’évènement, lorsque la mémoire traumatique de la victime sera activée par diverses situations ; elles peuvent s’avérer inutiles et même invalidantes pour la victime à ce moment là.

Il peut s’en suivre après un certain moment des troubles psychologiques dont les plus fréquents en cas de trauma sont la dépression et le SSPT. La dépression est un trouble important de l’humeur qui se manifeste par une tristesse et une inquiétude profondes. le sujet est alors en proie aux pensées et idées négatives sur lui et sur le monde.  Le Syndrome de Stress Post Traumatique (SSPT)  quand à lui est un trouble anxieux qui peut se résumer en trois points : des périodes de reviviscences de l’évènement (souvenirs, pensées intrusives, rêves et cauchemars à répétition,  etc.) des comportements évitant (évitement des situations rappelant l’évènement, amnésie sur l’évènement, etc.), des périodes d’hyperactivités neurovégétatives (sueurs, transpirations, battement cardiaque intenses, sursauts, etc.).

La guérison ou le rétablissement nécessite un travail personnel, de préférence avec le thérapeute qui prend en compte la réalité interne et externe de la victime afin de l’amener à confronter et dépasser son passé pour mieux aborder le futur. Il s’agit d’un processus propre à chaque individu et dont la temporalité ne saurait être déterminée avec exactitude. Une personne avance dans son processus de guérison lorsqu’elle se sent de mieux en mieux au fil du temps.

Affichages : 130
**/