Département du Service Civil pour la Paix et des Relations Publiques

Imprimer

Il œuvre pour la prévention des conflits et le dialogue des cultures en outillant les communautés avec des méthodes et techniques alternatives de résolution non-violente des conflits afin de leur permettre de mieux résister aux facteurs déstabilisants aussi bien aussi endogènes qu’exogènes. 

Selon le Dr. El Hadji Malick Sy Konaré, pour ce Département qu'il dirige, la Prévention des conflits n'est pas simplement une priorité, elle est véritablement la priorité, surtout dans le contexte actuel du Cameroun, jadis havre de paix, mais hélas de nos jours confronté à plusieurs types de conflits dont le combat contre la secte fanatique Bokom Haram particulièrement active à l'extrême Nord, mais aussi le conflit communément appelé "Crise anglophone" dans les régions Nord-Ouest et Sud-Ouest du pays.

Il s'avère cependant important pour Dr. Konaré de révéler que les conflits ne sont pas inévitables, ils sont d'ailleurs souhaitables car permettant de transformer les structures sociales déficientes et les relations conflictuelles, afin de partir sur de nouvelles bases plus positives. Le conflit en soit n'est donc pas mauvais, ce qui l'est par contre est la manière dont les conflits sont gérés.

C'est pourquoi le Département du Service Civil pour la Paix et des Relations Publiques du TCC, à travers les Clubs de la Paix, établis aussi bien à Yaoundé qu'à Bertoua, s'efforce à encourager les jeunes à reprendre à leur compte les causes de la paix, de la diversité et du respect mutuel, pour qu’ils contribuent à la lutte contre l’extrémisme violent au lieu de l’alimenter. Il s’agit en outre, pour ce Département, d'œuvrer, dans le sens de transformer le syndrome de victimisation des jeunes (enrôlés de forces, cibles d'attaques meurtrières) et de celui de perpétrateurs qui leur colle souvent à la peau, et faire d'eux de véritables acteurs de la paix. Le but étant de les protéger contre les manipulations orchestrées par les extrémistes et, en même temps, à s’appuyer sur eux dans ce combat en faveur de la paix. Pour le TCC les jeunes représentent l’espoir et non pas un danger.

 

 

 

Affichages : 88
**/